Cameroun: l'ensauvagement de la Justice républicaine

Publié le par Joel Didier ENGO

 

 

La publication de la liste des témoins* à charge contre l'accusé ABAH ABAH Polycarpe (ancien ministre des finances du Cameroun, poursuivi pour malversations financières) sonne comme une entreprise de destruction politicienne qui ne veut n'épargner personne dans son entrourage et ses soutiens, y compris sa progéniture.


Car comment comprendre autrement la convocation comme témoins à charge des enfants de l'accusé, alors que certains (parmi ces derniers) n'étaient pas majeurs au moment où les faits incriminés se seraient déroulés. Quel rôle actif  (voire passif) auront-ils pu jouer; et quelle connaissance de ces malversations financières pouvaent-ils avoir?


Nous sommes en droit de nous poser ces questions de simple bon sens, au moment où la dictature en place au Cameroun "veut faire payer" à monsieur ABAH ABAH son ovation devant le Palais de Justice de Yaoundé, lors de sa première comparution  il y a quelques semaines.


C'est  l'ouverture d'une nouvelle séquence macabre dans l'interminable instrumentalisation de l'institution judiciaire dans un pays (le Cameroun) qui marche véritablement sur la tête... En effet, la mise en place d'une telle liste de témoins a vraisemblablement été faîte par des femmes ou des hommes qui manquent ou ont perdu toute forme de discernement ... juridique en tout cas.

Nous sommes ici en présence de ce que le regretté Aimé Césaire appelait "l'ensauvagement de la république".

Pauvre Cameroun!!!

 

Joël Didier Engo

 

Affaire Abah Abah
Policiers et gendarmes investissent la salle d’audience
Les avocats de l’ex-ministre de l’Economie et des Finances ont vainement exigé leur évacuation de la salle ;
Les débats ont été renvoyés au 17 juin.

Par Georges Alain Boyomo
Qutidien Mutations 02 juin 2010

 

*Affaire Polycarpe Abah Abah: Femme et enfants Abah Abah pour témoigner contre lui

SOULEY ONOHOLIO | Le Messager

YAOUNDE - 22 AVR. 2010

 

En attendant l’ouverture du « grand show » (l’audience criminelle) qui commence le 04 mai prochain, les choses se précisent dans le procès Polycarpe Abah Abah. On se souvient qu’il y a un peu plus d’un mois, après 68 minutes de préliminaires et de cadrage du procès, le juge Gilbert Schlick, président du tribunal de Grande Instance de Yaoundé, avait renvoyé les hostilités dans un délai d’un mois, pour comparution de l’accusé Etogo Mbezele et communication de la liste des témoins. Rendu à ce jour, l’on a beaucoup avancé pour ce qui est de la communication de la liste des témoins. A la requête du Procureur de la République près le tribunal de Grande Instance de Yaoundé, Me Tchame Deuna Rachel, huissier de justice près la Cour d’appel du Centre et les tribunaux de Yaoundé, procède depuis quelques jours, à la notification des parties listées comme témoins à charge dans l’affaire de l’ex-MINEFI Polycarpe Abah Abah.
 
Il s’agit d’une liste de 45 témoins qui pour la majorité sont ou étaient des cadres en service au Crédit foncier, à la Direction des Impôts, au ministère des Finances… On retrouve des noms des hauts commis de l’Etat comme : Meva’a M’Eboutou Michel, ancien ministre des finances ; Ekindi Camille, Baguega Assobo Alfred, Mbia Enguene Emmanuel, respectivement directeur général du crédit foncier, DG des Impôts et trésorier payeur général ; Laurent Nkodo, ex-DG des Impôts ; Etogo Mbezele Luc ex-TPG à Yaoundé. La liste des témoins comme le rappelle le ministère public, est conforme et en application des articles 52 et 414 du code de procédure criminelle.


Une dose de marxisme léniniste


A l’observation de la liste des 45 témoins à charge contre Polycarpe Abah Abah, on y retrouve plusieurs curiosités. La femme de l’accusé (ex-MINEFI), Meva’a Caroline et trois de leurs enfants : Abah Meva’a Thierry, Abah Eyenga Nathalie et Abah Mvongo Melissa sont cités à témoigner contre leur père. Autre curiosité, les deux filles de l’accusé, citées à témoigner avaient toutes les deux moins de dix ans, entre 2000 et 2004, au moment des présumés détournements des fonds du crédit foncier pour lesquels Polycarpe Abah Abah est poursuivi. Pour certains cadres du Crédit Foncier et des Impôts cités comme témoins, il s’agit du marxisme léniniste. « Au plus fort du règne de Lénine, quand on voulait clouer ou enfoncer quelqu’un, on montait ses enfants et sa femme contre l’accusé. Une fois qu’ils étaient poussés jusqu’au bout, ils finissaient par craquer », explique un témoin sous anonymat. D’autres sources pensent que cette démarche comme l’essentiel du dossier participe du voyeurisme. « On veut absolument trouver la fortune de Polycarpe Abah Abah. Mais comme le juge d’instruction a eu du mal à en trouver des traces, le ministère public veut l’inventer », explique un cadre du ministère des Finances.


Le collectif des avocats de la défense de l’ex-MINEFI que nous avons approché pense qu’il s’agit d’un acharnement inqualifiable. A l’en croire, même si la communication de la liste des témoins est prévue par la loi, même s’il n’y a pas de limitation particulière à cet égard, en convoquant les jeunes enfants qui au moment des faits étaient mineurs, pour témoigner à charge contre leur père, surtout en cette période où l’attention de chacun d’eux est retenue par la préparation des examens de fin d’année, la démarche participe d’une stratégie cynique du ministère public. « L’accusation démontre par cette démarche que le procès revêt un caractère particulièrement politicien. Nous condamnons et disons que ces interférences politiciennes sont inadmissibles. Nous en appelons à la responsabilité des juges qui sont devant l’histoire», conclut le collectif.


Liste des Témoins à charge contre ABAH ABAH Polycarpe
1. Ekindi Camille : Directeur Général CFC
2. Tchana Dieudonné : Inspecteur d’Etat, Expert Comptable
3. Nzie Nzie Jean, Inspecteur d’Etat – Services du Premier Ministre
4. Manga Pascal, ex-chargé d’Etudes à la DGI
5. Nkodo Laurent : ex-directeur Général des Impôts
6. Mekongo Mbala Henri : CFC Agence du centre
7. Pedhom Victor, Inspecteur Général CFC
8. Balla Amougou Thomas, Directeur financier CFC
9. Ndobi A Ngon, en service au CFC
10. Mevoulou Oyono épouse Mballa Hélène : ex-billeteur Direction des Impôts
11. Atangana Pierre Paul : Direction des Impôts
12. Eba’a Georges : Direction des Impôts
13. Oyono Affa’a épouse Dikos Oumarou Christine Armelle : Direction des Impôts
14. Annie Paule Claudette MEVA’A : Direction des Impôts
15. Meva’A m’eboutou Michel : Ancien Ministre des Finances
16. Abah Meva’a Thierry : S/C Abah Abah Polycarpe
17. Abah Eyenga Nathalie : S /C Abah Abah Polycarpe
18. Abah MvOngo Melissa: S/C Abah Abah Polycarpe
19. Essama Zoh Gervais Martial: ex Cadre CFC
20. Ebelle Mandengue épouse Eteki Désirée : Direction des impôts
21. Meva’a épouse Abah Caroline : S/C Abah Abah Polycarpe
22. Minkoma épouse Etoua Akono Suzy : CFC Agence de Yaoundé
23. Tenlep Tenlep Joseph : ex billeteur, Direction des impôts
24. Eloumba Thérèse : Cadre CRTV
25. Abe Jean Claude : Direction Générale CFC
26. Ebe Evina Jean : Direction Générale CFC
27. Ohena Ayissi : Direction générale CFC
28. Bengono épouse Bitcheki Françoise : Ministère des Finances
29. Ebelle Mandengue Eteki Désirée : Direction des Impôts
30. Baguega Assobo Alfred : Directeur Général des Impôts
31. Mbia Enguene Emmanuel : Trésorier Payeur Général Yaoundé
32. Shuama Xavier Alexandre : Direction Générale CFC
33. Enyengue Onambele Augustine Mireille : en service à la CCA
34. Ateba Ndongo Albert : Direction des Impôts
35. Azegue Emmanuel : Direction des Impôts
36. Bayoi Gilbert : Inspecteur d’Etat, Expert Financier
37. Onana Didier Parfait, Expert Comptable
38. Jean Jacques Libam : Expert Financier
39. Nzitsa Michel : Expert Financier
40. Bagoudou Ahmadou : Directeur exécutif Mundi
41. Binam Marie Paule : Prestataire de service
42. Zang Simone Josiane : S/C Abah Abah Polycarpe
43. Edou Joseph : ex Directeur Général CFC Yaoundé
44. Etogo Mbezele Luc Evariste : ex TPG Yaoundé
45. Ndzie Ziga Crescence : Cadre Direction Générale des Impôts

 

Au tribunal : Polycarpe Abah Abah ovationné au palais de justice ...

 

France - Cameroun: chez Biya les avocats passent par la case prison (marianne2.fr : Alain Léauthier)


Cameroun : Une avocate camerounaise prisonnière politique dans son pays, selon son avocate française

 

 

Chronique: Journalisme en danger 

 

Le CPJ rend le gouvernement camerounais responsable de la mort d’un journaliste  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article