Cameroun:la présomption d’innocence et la dignité des personnes ne peuvent être d’application inégale

Publié le par Joel Didier ENGO

Camer.be

…je fais l’objet d’une virulente campagne médiatique sur fond de désinformation jamais égalée dans notre pays..*… assurément pas, monsieur Yves Michel FOTSO!


Informez-vous ou consultez au besoin les archives de la presse dite indépendante du Cameroun (notamment du célèbre Quotidien Le Messager*), et vous réaliserez que le traitement évidemment regrettable que celle-ci (la presse dans son ensemble) vous aurait réservé, peut sembler privilégié et amical; comparativement à la désinformation systématique et aux campagnes de délation orchestrées par le régime de Paul BIYA dans la presse (publique et privée confondue): avant, pendant, et après l’embastillement carcéral d’autres illustres camerounais; n’épargnant pas les familles au passage…


À bien y penser, si le geôlier d’État camerounais auquel vous adressez votre lettre ouverte*, monsieur AMADOU Ali (ministre de la justice du Cameroun) pouvait effectivement prendre conscience de la nécessité de faire respecter la présomption d’innocence et la dignité des personnes (à la presse et aux citoyens); cela constituera un heureux précédent dans l’avènement d’un véritable état de droit au Cameroun.


Car dans les faits monsieur Yves Michel FOTSO, estimez-vous plutôt protégé, voire très bien protégé!


Et vous devez certainement une fière chandelle à votre grand opérateur économique et patriarche de père: Victor FOTSO. C’est essentiellement grâce à son entregent auprès de Paul BIYA, que vous pouvez encore mener vos activités bancaires en relative liberté. Il faudrait pour une fois reconnaître au dictateur camerounais une exceptionnelle fidélité en l’amitié, puisqu’il a su se montrer particulièrement bienveillant à votre égard, vous garantissant une immunité juridictionnelle. Votre respectabilité est demeurée intacte, le contexte de la Justice aux ordres du Cameroun vous assurant d’office une intouchabilité toute princière . C’est aussi cela l’autre facette du système clientéliste camerounais.

Sachez monsieur que d’autres gestionnaires dits indélicats de la fortune publique et hommes politiques auraient souhaité être logés à la même enseigne que vous au Cameroun: pouvoir simplement bénéficier de la même garnantie des droits. Hélas bien souvent, ils. ont pour (la plupart) été incarcérés sans le moindre jugement (celui-ci précédant généralement leur incarcération).


Ces prisonniers politiques présentés officiellement comme des «prisonniers de droit commun» auraient eux-aussi pu se plaindre auprès du Garde des Sceaux.des atteintes graves à leur intégrité physique et morale, à celle de leurs familles..Ils n’en ont jamais eu la possibilité (du moins la même couverture dans la presse); si oui, celle de mourir dans ces univers concentrationnaires que sont les prisons du Cameroun, avec l’approbation unanime d’une presse mendiante et d’un peuple affamé.


Monsieur Yves Michel FOTSO, votre lettre ouverte aura certainement le mérite de redonner un peu d’espoir à ceux de ces Hommes qui restent en vie. Leur calvaire camerounais n’aura pas été vain.


Je vous remercie


Joël Didier Engo


* Lettre ouverte : Yves Michel Fotso écrit à Amadou Ali


 

  Yves Michel Fotso aux arrêts !

Le fils du millardaire a été interpellé ce Mercredi après midi

http://www.cameroon-info.net/stories/0,27634,@,yves-michel-fotso-aux-arrets.html

 

Personne ne doit se réjouir de la privation de liberté, voire de dignité, infligée à un homme, opérateur économique de surcroît.


Mais s’il s’avère que les faits reprochés seraient d’une gravité justifiant une telle extrémité policière et judiciaire, qu’il en soit confronté et jugé dans le strict respect de la législation en vigueur et des conventions internationales ratifiées par la république du Cameroun. Ce qui en soi constituerait une première dans les annales de sa Justice jusqu’ici aux ordres.

Le reste se passe de commentaires.

 

Joël Didier Engo

 
  Affaire CBC: Essimi Menye répond à Yves Michel Fotso

Se défendant des accusations implicites de la récente lettre de l’homme d’affaite, Lazare Essimi Menye indexe plutôt la gestion irresponsable du patron du Groupe Fotso

http://www.cameroon-info.net/stories/0,27612,@,affaire-cbc-essimi-menye-repond-a-yves-michel-fotso.html

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article