Cette vieille rengaine de la «déconnexion avec nos réalités locales”, agitée comme un épouvantail par les obligés de Paul BIYA, contre une diaspora camerounaise insoumise

Publié le par Joel Didier ENGO

 

Qu'on aurait aimé et souhaité, y compris de vive voix, que nos «réalités dites locales» (du Cameroun) soient donc aussi exaltantes et épanouissantes pour le Cameroun, les Camerounais de l'intérieur et de l'étranger! Tels que se plaisent à vanter les obligés du dictateur Paul BIYA, notamment en direction d'une diaspora camerounaise qu'ils jugent "subversive".


Policiers et gendarmes à couteaux tirés à Douala

 

Que non!!!

Il suffit simplement de jeter un coup d'oeil rapide (car il ne faut surtout pas s'y attarder, de peur d'être endoctriné) sur leurs soit-disantes"réalités locales" camerounaises, pour s'apercevoir très vite de l'inertie chronique qu'elles ont su imprimer dans tout le Cameroun: un pays dans lequel aucune infrastructure digne de ce nom (autre que celles que certains d'entre-nous ont connu durant leur tendre enfance dans les années 1970-1980-90) n'a véritablement surgi de terre. Pas plus d'ailleurs qu'on pourrait y noter une réelle avancée des mentalités et des idées; contrairement à ce qu'on peut par exemple observer au Sénégal, à Dakar notamment (malgré les critiques acerbes formulées à l'encontre du règne familial d'Abdoulaye Wade).

Au Cameroun de Paul BIYA, tout va pour le pire...

 

Et on s'amuserait presque tous les jours (en écoutant des proches) nous servir à la moindre conversation cette vieille rengaine des chères «réalités locales», si celles-ci ne traduisaient pas précisément l'agonie généralisée d'un pays, et la perte véritable de nombre de ses citoyens qui ont choisi, parfois délibérément, la résignation totalitaire en lieu et place d'un instinct de survie à l'extérieur, d'une capacité intrinsèque de révolte, voire d'une réelle culture de l'estime de soi.

 

Curieusement ce sont les mêmes obligés qui voudraient que ceux de leurs compatriotes qui ont fait preuve de courage et de révolte contre la tyrannie s'auto-censurent, abondent eux-aussi dans le culte du tyran et la flagornerie ....afin se plaisent-ils à dire: de «racheter leurs fautes»...

 

Nous devrions donc être ainsi tous logés à la même enseigne dictatoriale, et serions amenés à entretenir indéfiniment les mêmes vieilles arguties populistes, les mêmes vieilles aigreurs personnelles consistant à singer tout contradicteur du régime BIYA, à le dénigrer, le calomnier et l'insulter ...parce qu'il aura osé dire non au règne éternel de la pensée unique et à la terreur policière (parfois au risque de sa vie); et aura réussi la prouesse après moults obstacles de se faire un nom dans une prestigieuse organisation internationale (la Banque Mondiale); c'est-à-dire qu'il aura bonnement réussi à gagner honnêtement sa vie à l'étranger sans rien devoir au dieu Paul BIYA.

L'économiste et écrivain Celestin Monga est de ceux-là: le pestiféré s'il en est des simples d'esprits de la Galaxie BIYA...C'est d'ailleurs pourquoi ces derniers lui vouent une telle ignominie... Car jamais ils ne parleront le même langage: celui de l'excellence méritée. En ce sens MONGA aura effectivement marqué son temps par son courage personnel et la fidélité à ses convictions démocratiques.

Combien le sont-ils aujourd'hui au Cameroun, des Celestin MONGA, après 28 longues années de compromission et de collaboration servile avec la dictature implacable de Paul BIYA? Bien peu malheureusement...

C'est l'unique question que nous devrons désormais nous poser pour lui échapper, après la disparition accidentelle de l'insoumis Pius NJAWE.

 

Je vous remercie

 

Joël Didier Engo

 

Eloge funèbre : Regarder désormais une absence quotidienne
L'éloge funèbre que le gouverneur de la Région de l'Ouest a empêchée de prononcer aux obsèques de Pius Njawé.
Par Célestin Monga *
Quotidien Mutations 09 aout 2010


 

L’ultime humiliation infligée par Paul BIYA au mort Pius NJAWE


 

Washington, DC (USA): Les camerounais disent Adieu a Pius NJAWE 

 

Obsèques de Pius Njawé: Célestin Monga répond à ses détracteurs 

 

Pius NJAWE: Paul Biya offre 10 Millions de FCFA a la famille

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article