Côte d’Ivoire: une “impasse” qui profite pour le moment à Laurent GBAGBO…

Publié le par Joel Didier ENGO

Lors d'une réunion à l'hôtel du golf à Abidjan, le 3 janvier 2011.

 

 

 

L’impasse dans le règlement de la crise post-électorale en Côte d’Ivoire profite évidemment à Laurent Gbagbo, et à tous les autres despotes africains qui ne veulent pas que l’implication de la communauté internationale (une première) signe la fin d’une culture de fraudes aux élections et de tripatouillages  des constitutions en Afrique francophone.

L’union africaine et la CEDEAO doivent ainsi composer à la fois, avec l’entêtement de confisquer la présidence de Côte d’ivoire par Laurent GBAGBO (malgré une défaite électorale cuisante, y compris dans son fief électoral), et la volonté manifeste de certains dictateurs francophones de contraindre ou d’acculer le véritable vainqueur Alassane OUATTARA à une “solution à l’africaine”. “Solution à l’africaine” qui a pourtant montré toutes ses limites, notamment au Zimbabwé, et dans une moindre mesure au Kenya…

On ne peut indéfiniment s’asseoir sur les volontés de changement clairement exprimées par des peuples d’Afrique dans les urnes transparentes, sans faire le lit d’autres GBAGBO.

Hélas !

Joël Didier Engo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article