Martin Paul SAMBA, ce libérateur du cameroun qui agace Paul BIYA

Publié le par Joel Didier ENGO

 

"L’érection d’une «stèle présidentielle» à Ebolowa* rapproche singulièrement le Cameroun de Paul BIYA  à la Corée du Nord de KIM JONG IL!

Mais bon, la bêtise est la première nature d'une élite alimentaire et d'un dictateur qui n'ont eu de cesse depuis 28 années, de mettre les grands et valeureux martyrs du Cameroun dans l'ombre.



 

L'érection par les ressortissants du Sud Cameroun d'une stèle à la gloire de Paul BIYA, dans le cadre du comice agropastoral qui doit se tenir en décembre à Eblolowa (capitale régionale) ne devrait pas surprendre. En effet elle participe précisément de la détermination de ses auto-nommés esclaves de mettre en concurrence leur petit timonier avec le grand résistant camerounais Martin Paul SAMBA, dont la statue surplombe le nord de la ville.

Peine perdue, l'Histoire du Cameroun, la Grande, reconnaîtra toujours les siens!!!

 

Joël Didier ENGO

 

 

Cameroun- comice agropastoral d’Ebolowa : La honte

http://www.camer.be/index1.php?art=11698&rub=11:1

 

* Comice agropastoral: La contribution des élites du Sud s’élève à 93 millions Fcfa

http://www.cameroon-info.net/stories/0,27362,@,comice-agropastoral-la-contribution-des-elites-du-sud-s-eleve-a-93-millions-fcfa.html

 

Journal Du Cameroun.com: Cameroun: Les héros oubliés de la nation

http://www.journalducameroun.com/article.php?aid=2417

Identité - http://www.peuplesawa.com/

“Martin Paul Samba semble en effet faire les frais des déboires de Pierre Désiré Engo. Dans la catégorie des dommages collatéraux. L´ancien ministre et directeur général de la Cnps lui avait dédié une fondation. …”

 

  Paul Biya : Un prince tourmenté par le pouvoir absolu
En l’espace d’une semaine, le président de la République a été confronté à trois événements qui lui ont suscité la frayeur.

http://www.quotidienmutations.info/octobre/1286525333.php
Par Léger Ntiga
Qutotidien Mutations 08 octobre 2010

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article