Paul BIYA, l'héritier colonial

Publié le par Joel Didier ENGO

Fidèle à son héritage colonial, Paul BIYA a appris de “ses ancêtres” les colons (blancs et français), que le pouvoir ne se partage pas, pas plus qu’il ne se conquiert par des élections transparentes. Il tient absolument à être identifié à ce système colonial, au point de n’en faire plus qu’UN. La répétition des rituels abêtissant pour l’être humain camerounais, notamment à chacune de ses nombreuses sorties et rentrées du Cameroun, participe de cette volonté.

 

 

En effet, c’est chaque fois la même effervescence coloniale et carnavalesque qui s’empare de la capitale du Cameroun lorsque Paul BIYA entreprend un de ses nombreux “courts séjours à l’étranger”: ministres et élites comprador au garde à vous, fermeture des administrations et entreprises; blocage des principaux axes routiers, Peur sur Yaoundé avec soldats postés sur les toits…

 

Les voyages intempestifs de Paul BIYA en Europe sont ainsi la transposition contemporaine du rituel colonial. C’est ce qu’on appelle “le mythe du cargo”, consistant à faire allégeance au chef local qui, comme le colon autrefois, ramène ou ramènera la pacotille si recherchée d’Europe; et devra pour l’occasion, être fêté et célébré à sa descente d’avion, comme à sa montée, par des populations mendiantes et affamées.

 

Pour ce faire, est-il besoin de rappeler que la SUISSE (destination prisée par l’héritier colonial Paul BIYA) est précisément le pays où le résistant Félix MOUMIÉ a été empoisonné par un membre des services secrets de la France (la puissance coloniale). Alors, si l’ obsession perverse de monsieur BIYA à y séjourner et vivre peut représenter un affront à la mémoire du regretté camerounais, elle accrédite surtout l’idée d’un roi nègre et fainéant qui n’a véritablement jamais su se départir de son complexe colonial, donc du besoin (vital) de le magnifier.

 

En cela ses interminables “courts séjours en Europe” sont d’abord le ridicule de Paul BIYA et ses obligés; non celui du Cameroun, ni des Camerounais dans leur immense majorité.

 

 

Jean Olivier TCHOUAFFE et Joël Didier ENGO

 

Voyages: Paul Biya en Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article