Titus Edzoa, quartorze ans de solitude dans les sous-sols des services de renseignement du dictateur camerounais

Publié le par Joel Didier ENGO

Paul BIYA, ce tyran proche d'Alain Juppé, de François FILLON, de Brice HORTEFEUX, de Claude GUEANT et de tant d'autres éminences de la Sarkosphère...


2126795493.jpg

 

Savent-ils seulement le sort inhumain que leur despote d'ami africain réserve à tous ceux qu'il considère depuis 1982 comme ses rivaux potentiels et imaginaires?

 

Ces mêmes personnalités françaises si prompts à saluer aujourd'hui (bien tardivemment) "les révolutions démocratiques" dans le monde arabe, ne peuvent imaginer "l'Homme Noir Africain, Camerounais..." entrain de se défaire tout seul des chaines de l'obscurantisme de Paul BIYA, en séjour privé en Europe depuis le week-end dernier pour recevoir "l'onction" 'Elyséenne à sa énième mascarade électorale d'Octobre prochain (après 30 années de règne tout de même!).

 

Que dire de plus? "l'Homme (noir) Africain" n'entrera vrasemblablement jamais dans "l'Histoire Contemporaine" avec l'assentiment d'Alain Juppé, de François FILLON, de Brice HORTEFEUX, de Claude GUEANT et de toutes les autres éminences de la Sarkosphère...

 

Titus EDZOA devrait le méditer et s'y résigner...du fond de cette cellule dans laquelle il croupt depuis 14 années. Du moins tant que Paul BIYA veillera...et règnera sur le Cameroun sous la bienveillance de la France officielle.

 

Joël Didier Engo

 

Analyse pertinente d’un ami sur le sujet:

 

“Ce que Teyou met en lumiere c’est la banalisation de l’esprit carcéral au Cameroun. Je ne pense même pas qu’une illettrée comme Chantal Biya ait jamais pu lire un livre de sa vie. Ce n’est pas très compliqué, Biya n’a même plus besoin de lever le moindre pouce. Son système dictatorial et carcéral fonctionne en pilote automatique, parceque c’est un régime qui depuis son essence vit entre le danger de son élimination et sa survie, et a donc pendant trente ans développé ces mécanismes repressifs.

 

Ce sont donc “les tontons macoutes” zélés de Biya qui ont jeté ce pauvre Teyou en prison.


C’est véritablement devenu instinctif d’emprisonner tous ceux qui ne chantent pas les louanges des Biya parceque entretemps, l’imaginaire carcéral s’est profondement installé durablement dans les esprits. Tous ceux qui s’opposent à cet univers carceral doivent choisir entre l’exil ou la prison.

 

C’est ça le bilan de trente ans de Paul Biya: “guantanamiser” le système, le transformer et le banaliser durablement comme un univers carcéral.


Cela va être dur de réformer toute cette société camerounaise après BIYA. Demandons-nous simplement quand est ce que tous ses prisonniers et anciens prisonniers seront capables de constituer une masse critique et se dés-embastiller de ce régime, pendant que Chantal et Paul Biya coulent des jours tranquilles dans leur villégiature perpétuelle sur les bords du Lac Leman à Genève, sans s’inquiéter le moins du monde.”

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article