Paul BIYA est-il un tyran à plaindre?

Publié le par Joel Didier ENGO

Alors faut-il plaindre Paul BIYA?



Au-delà des spéculations sur les « failles » prêtées à sa sécurité, dignes d’une presse à sensation*; force est de constater que toute la sécurité et tous les gardes du corps du monde ne viendront jamais à bout de l’insécurité (réelle et/ou imaginaire) ressentie par un tyran qui se maintient depuis plus de 27 années à la présidence de la république du Cameroun par la peur, la fraude électorale et la répression systématiques.

Dans les démocraties , la légitimité populaire est la première des sécurités pour les dirigeants. C’est aussi simple que cela…

Et lorsqu’un homme, fût-il président de la république, en est réduit à vivre
dans son propre pays reclus dans ses palais, à rouler à tombeau ouvert sur des ruelles avec d’interminables cortèges (alors qu’il se rend simplement à son village natal, ou en revient...), et à interrompre toute activité humaine et professionnelle dans une ville siège des institutions….Cet homme-là est véritablement à plaindre.

Car il sera, pendant une grande partie de sa vie, véritablement
passé à côté de la splendeur du Cameroun et de notre Monde.

C’est pathétique!!!

Joël Didier ENGO


La sécurité de Paul Biya présente des failles »

La sécurité de Paul Biya présente des failles

L’éclatement d’une roue de la voiture du président de la République de retour de Mvomeka’a remet en cause tout le cérémonial sécuritaire qui est...

 

http://www.lemessager.net/2010/02/la-securite-de-paul-biya-presente-des-failles/

 

Accident de la limousine présidentielle : Des experts dénoncent une improvisation au sommet »

Accident de la limousine présidentielle : Des experts dénoncent une improvisation au sommet

Des spécialistes de l’automobile excluent toute justification technique pour l’éclatement des roues de la voiture d’un chef d’Etat....

 

http://www.lemessager.net/2010/02/accident-de-la-limousine-presidentielle-des-experts-denoncent-une-improvisation-au-sommet/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article